Algérie-Espagne : le double jeu d'Alger sur fond de crise diplomatique

Rédigé le 15/04/2024
Naofel Brahem


Malgré le désaccord public entre l'Algérie et l'Espagne sur le Sahara, le gaz est devenu la principale importation de l'Espagne au premier trimestre 2024.

Selon El Espanol, il représentait 42 % des importations espagnoles. Il était suivi de la Russie à 25,7 % et des États-Unis à 18,2 %. Cette augmentation est due au pompage via le gazoduc Medgaz, reliant l'Algérie à l'Espagne.

L'Algérie a exclu le gaz de sa décision d'arrêter le commerce avec l'Espagne en raison de contrats énergétiques à long terme. Cela soulève des questions sur la cohérence de la politique étrangère. Malgré son désaccord avec ce pays, l'Algérie reste le principal fournisseur de gaz, maintenant des liens économiques étroits malgré les tensions diplomatiques.

Cette contradiction suggère que les intérêts énergétiques et financiers priment sur les positions de principe, ce qui atténue l'impact du différend entre les deux pays. L'Algérie semble jouer un double jeu, en maintenant les apparences d'un désaccord tout en préservant ses intérêts économiques vitaux avec l'un de ses principaux clients.