500 000 morts prématurées par an : l'urgence d'une transition vers une cuisson propre en Afrique

Rédigé le 17/05/2024
LeMag .africa


L'article de Courrier International met en lumière un problème sanitaire majeur en Afrique : la cuisson au bois et au charbon, qui provoque environ 500 000 décès prématurés chaque année. Cette pratique, courante dans de nombreuses régions du continent, est responsable de graves problèmes de santé, notamment des maladies respiratoires et cardiovasculaires. La fumée dégagée par ces combustibles pollue l'air intérieur des habitations, exposant particulièrement les femmes et les enfants à des risques accrus de maladies.

Le recours à ces méthodes de cuisson traditionnelles est également un facteur de déforestation massive, aggravant ainsi les problèmes environnementaux. En Afrique subsaharienne, où l'accès à des technologies de cuisson propre est limité, la situation est particulièrement préoccupante. La Banque mondiale estime que 2,8 milliards de personnes dans le monde n'ont pas accès à des combustibles ou à des technologies de cuisson propre, dont un milliard en Afrique.

Les conséquences économiques sont également significatives. L'absence de progrès dans l'adoption de méthodes de cuisson propre coûte chaque année plus de 2 400 milliards de dollars à l'économie mondiale, en raison des impacts sur la santé, la productivité et l'égalité des sexes. Les femmes, en particulier, supportent une part disproportionnée de ce fardeau, car elles sont souvent responsables de la collecte du bois et de la cuisson des repas.

Pour remédier à cette situation, des initiatives comme l'Alliance Ouest Africaine pour la Cuisson Propre (WACCA) ont été lancées, visant à promouvoir des solutions énergétiques de cuisson efficaces, propres et durables. Cependant, les défis restent immenses, et des investissements substantiels sont nécessaires pour atteindre un accès universel à des technologies de cuisson propre d'ici 2030.