L'Algérie et d'autres fournisseurs de gaz face à de nouvelles règles européennes sur le méthane

Rédigé le 30/05/2024
LeMag .africa


L'Algérie, ainsi que d'autres principaux fournisseurs de gaz comme les États-Unis et la Russie, pourrait faire face à des sanctions financières si elle ne respecte pas les nouvelles directives de l'Union européenne visant à réduire les émissions de méthane.

Lundi, les pays de l'UE ont approuvé une loi imposant des limites aux émissions de méthane sur les importations de pétrole et de gaz d'ici 2030, dans le but de lutter contre le changement climatique. Le méthane, un puissant gaz à effet de serre, contribue au réchauffement climatique lorsqu'il s'échappe des infrastructures pétrolières et gazières.

L'UE fixera des valeurs maximales d'intensité de méthane pour les combustibles fossiles entrant sur le marché européen, exposant les importateurs à des sanctions en cas de dépassement des limites.

Cette politique devrait réduire d'un tiers les émissions mondiales de méthane provenant du pétrole et du gaz. La Norvège deviendra un fournisseur clé en raison de sa faible intensité de méthane. Les États-Unis soutiennent la loi européenne sur le méthane et disposent de leurs propres règles pour limiter les émissions. Les producteurs européens seront également tenus de surveiller et de réduire les fuites de méthane, avec des restrictions sur le torchage et la ventilation.

Certains craignent que l'UE ne reconnaisse pas les normes d'autres juridictions en matière de méthane, ce qui pourrait avoir un impact sur l'approvisionnement en énergie.